Dans la série « les grands marronniers de quand on n’a rien à dire », voilà maintenant le « mais c’est incroyable, on meurt à l’hopital !!! ».

Bien sûr, la mort d’un bébé à cause d’une erreur de flacon est dramatique.

Bien sûr, le fait de ne pas trouver de place rapidement en réanimation est atroce.

Mais est-ce bien une raison pour faire de ces faits divers une ouverture des JT, et des invités, et de la politique, etc.

L’hôpital manque de moyens, c’est sûr. Je ne comprends pas pourquoi on a énormément codifié des obligations de repos pour les salariés (et même pour les fonctionnaires c’est dire) alors qu’on n’est pas choqué par un chirurgien qui va devoir travailler pendant 70 heures d’affilée, en enchaînant les gardes… Si on n’accepte pas qu’une carte grise soit mal faite, pourquoi n’a-t-on pas la même exigence pour des opérations ? (JE NE VEUX PAS être opéré par un chirugien qui n’a pas dormi depuis 40 heures !!!)

Toutefois, le gros problème de l’hôpital reste un problème de manque d’organisation, de manque de regroupement, que les politiques refusent souvent. Et puis on a juste un déficit annuel de 20 à 25 % des ressources, une paille quoi…

MAIS arrêtons-nous sur le second cas. Rappel des faits : un homme de 56 ans, victime d’un malaise cardiaque dans l’Essonne le 27 décembre en fin de soirée, n’a pas pu être admis en réanimation avant 6 heures du matin, faute de place dans les 27 établissements hospitaliers d’Ile-de-France contactés par le SAMU. Son décès est survenu au moment où il arrivait à l’hôpital Lariboisière (Paris).

Rappelons qu’être dans un véhicule du SAMU n’est pas très différent d’être dans un service de réanimation.

Rappelons que le taux de mortalité dans un service de réanimation est de 40 %. MAIS lisons les titres :

BREF, on voit que tout le monde copie l’AFP. Passe encore. Mais sommes-nous bien d’accord : « faute de » implique un lien de causalité direct, sous entendu « en réanimation, le patient ne serait pas décédé », ce qui est une imbécilité sans nom… Le patient a juste fait 3 infarctus dans la nuit, il avait le profil pour faite partie des 40 %…

Comme quoi un simple mot change beaucoup de choses…

Quelques chiffres plus sérieux, non rappelés dans ces affaires : chaque année, en France, les infections nosocomiales tueraient davantage de personnes que les accidents de la route ! 10 000 morts par an, peut-être (les chiffres varient de 4 000 à 12 000 personnes).  Ces maladies, qu’on dit nosocomiales, s’attrapent à l’hôpital. Elles sont provoquées par des bactéries qui s’attaquent aux plus faibles d’entre nous, lors d’une opération ou lors de soins post-opératoires. En clair, vous rentrez à l’hôpital pour un problème de santé et vous en ressortez avec un autre. 800 000 patients sont ainsi infectés chaque année. Des chiffres considérables et inquiétants mais qui sont trop souvent vécus comme une fatalité par le corps médical. « Le risque zéro n’existe pas ! » disent les médecins.

On en parle quand au JT ???

hopital-300x247 Faute de... réflexion ?

hopital-complet1 Faute de... réflexion ?

Merci à Maester – Visitez son site !

Interpellé, déshabillé et humilié: l’histoire de Vittorio de Filippis
Comment voir son intimité fouillée à cause du commentaire d’un Internaute (JE N’ACCEPTERAI D’AILLEURS AUCUN COMMENTAIRE CONTRE XAVIER NIEL SUR CE POST). A peine croyable…

MEDIAS – Retour sur l’affaire de l’ex-directeur de la publication du journal Libération…«Cette sinistre affaire est symptomatique des attaques du pouvoir sarkozyen contre les journalistes qui n’obtempèrent pas». Par cette phrase, le syndicat des journalistes SNJ-CGT dénonce l’interpellation de Vittorio de Filippis, directeur du développement de Libération et ex-directeur de la publication du journal, vendredi matin à 6h30. Une interprétation qualifiée de «musclée» par les agences de presse.

Car sur le site du journal, Vittorio de Filippis affirme avoir été arrêté sans ménagement et insulté devant l’un de ses deux fils, âgés de 10 et 14 ans, restés seuls alors qu’il était emmené. Interrogé au commissariat, il a été acheminé menotté au dépôt du TGI où il sera enfermé et déshabillé et fouillé à coprs à deux reprises avant d’être conduit devant la juge, selon ses dires, puis relâché vers 11h30, ce même vendredi. «Cette affaire ne s’en tiendra pas à ce moment qui a duré toute une matinée, ça ira plus loin», a-t-il dit ce dimanche au micro d’Europe 1, revenant sur des fouilles qu’il a jugées «totalement humiliantes» et se demandant «comment sont traités les étrangers sans papiers qui ne parlent pas français».

Directeur de la publication = pénalement responsable
La raison de cette interpellation? «Diffamation publique» envers Xavier Niel, fondateur du fournisseur d’accès internet Free. Celui-ci avait déposé plainte après la parution en 2006 sur Liberation.fr d’un commentaire d’un internaute, à la suite d’un article du journaliste Renaud Lecadre faisant état de ses démêlés judiciaires. Car étant alors directeur de la publication, Vittorio de Filippis était pénalement responsable de tout ce qui était publié, sur le site Web de Libé comme dans les pages du journal. «Il n’y a pas de précédent en France, aucun directeur de publication n’a subi ce que j’ai subi», a affirmé samedi Vittorio de Filippis. «Nous vivons dans un pays où l’on parle d’incarcérer les mineurs délinquants de 12 ans, on voit comment est traitée l’ultra-gauche sur l’affaire de la SNCF… On porte atteinte à la liberté de la presse, aux libertés publiques, au débat démocratique», a-t-il ajouté.

La police argue que Vittorio de Filippis aurait «pris de haut» les policiers «irréprochables» venus l’interpeller sur ordre de la juge qui avait délivré un mandat d’amener, le journaliste n’ayant pas répondu à une convocation.

La Garde des Sceaux, Rachida Dati, a déclaré lundi au Sénat que la procédure était « tout à fait régulière » dans l’interpellation de l’ex-directeur de la publication de Libération Vittorio de Filippis car quand « un citoyen ne défère pas aux convocations, on lui envoie un mandat d’amener ». [NDR Merci Rachida de défendre ainsi nos libertés…]

Sauf que l’affaire fait tache. Aussitôt, les partis politiques se sont emparé de l’histoire. L’UMP a demandé l’ouverture d’une enquête, estimant que le traitement subi par le journaliste paraissait «surréaliste» et la méthode utilisée «disproportionnée». Du côté de l’opposition, dans une lettre adressée la ministre de la Justice Rachida Dati, Jack Lang dit avoir «honte» pour son pays. «La France est-elle encore un Etat de droit? Non seulement il est gravement porté atteinte à la liberté d’expression mais surtout à la dignité des personnes. M. Filippis a été humilié devant ses enfants et ensuite maltraité par les forces de répression dans des conditions d’arbitraire absolu», a écrit l’ancien ministre socialiste.

Source 20minutes.fr

Le détail incroyable de l’interpellation figure sur le site de l’Express.

lib%C3%A9 CDG 32 : Lhumiliation, cest simple comme un pas de coup de fil Merci à Bauer – Visitez son site !

Le talentueux Maitre Eolas la commente juridiquement ici, avec son talent coutumier. Où l’on apprend que « la fouille corporelle est, je le crains aussi illégale qu’usuelle en ces lieux. » [NDR Bon à savoir…]. Sa conclusion est trop forte pour ne pas être reprise in extenso :

Ce genre de traitement, aux limites de la légalité et parfois au-delà, nos clients les subissent tous les jours. Nous protestons, sans relâche. Nous rappelons que la loi ne prévoit pas un tel traitement, que l’article 803 du code de procédure pénale rappelle que le principe est : pas de menottage, sauf pour entraver une personne dangereuse ou prévenir un risque d’évasion (devinez quoi ? Tous présentent un risque d’évasion), que rien ne permet aux policiers de soumettre des gardés à vue à ce genre d’humiliation indigne.

Sans le moindre effet.

Cette affaire, frappant un journaliste, uniquement parce qu’il a été pendant six mois directeur de la publication d’un quotidien ayant publié un article qui a déplu et qui si ça se trouve n’était même pas diffamatoire, et qui s’il l’était l’expose au pire à une amende de 12.000 euros, va attirer un temps l’attention des médias sur ce scandale quotidien qui ne provoque qu’indifférence parce que d’habitude, le monsieur qui tousse avec son slip autour des chevilles, il s’appelle Mohamed, ou il a une sale tête.

À quelque chose malheur est bon : cela rappelle que ces lois qu’on ne trouve jamais assez dures quand elles frappent autrui, elles s’appliquent à tout le monde. Et un jour, elles peuvent aussi s’appliquer à vous. Vous verrez comme elles vous protègent, ce jour là.

Ce qui me donne une transition toute trouvée pour le post suivant…
Allez, on va rattraper quelques sujets…

Allez, le premier, un bout d’épilogue sur le sujet du mariage qui avait été annulé à cause de la non virginité de l’épouse.

Ma remarque rejoints celle de ce post : sérieusement, ce n’aurait pas été des musulmans mais des cathos intégristes à Neuilly, pensez-vous qu’on en aurait autant parlé ? Moi, je ne crois pas… Bref…

Pour le fond, je ne peux que vous renvoyer à l’analyse passionnante de Maître Eolas sur ce post-ci : N’y a-t-il que les vierges qui puissent se marier ?

Mais en synthèse, juridiquement, l’affaire est simple, on va la jouer scientifique :

1°) A et B veulent se marier
2°) pour A, il est fondamental que B ait une certaine qualité essentielle QE
3°) B lui ment en lui disant l’avoir, sachant que si elle dit la vérité, A ne l’épousera pas
4°) ils se marient
5°) mais n’auront aucun enfant, car A découvre que B lui a menti, ce qu’elle confirme.

6°) au bout de quelques mois A et B saisissent la justice, en disant la vérité, et en demandant l’annulation de ce mariage basé sur la tromperie

7°) le juge, forcément annule, tout le monde est d’accord en plus !!!! Ça évite un divorce avec ses conséquences lourdes

Bon, bref, simple, non ?

Cette nullité repose sur l’article 180 du Code civil :
Le mariage qui a été contracté sans le consentement libre des deux époux, ou de l’un d’eux, ne peut être attaqué que par les époux, ou par celui des deux dont le consentement n’a pas été libre, ou par le ministère public. L’exercice d’une contrainte sur les époux ou l’un d’eux, y compris par crainte révérencielle envers un ascendant, constitue un cas de nullité du mariage.

S’il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l’autre époux peut demander la nullité du mariage.

Cet article protège le consentement des époux, qui doit être libre et sincère.

Et bien qu’arriva-t-il ? Purent-ils refaire leur vie au plus vite ? Et bien non, la presse et les politiques s’en mêlent, donc, en appel, l’annulation est annulée !

Le couple reste marié, merci les potes !

Alors, venons au fond, ou plutôt ici à la forme ! La « Qualité Essentielle ». Késako ? Mais justement, on ne peut répondre !!!! Ce n’est pas à la loi et à l’État de définir ce qu’est une qualité essentielle ! Et je le lui en dénie même ici publiquement le droit (non mais !) – ce serait le chemin vers la dictature et ou la théocratie…

Elle n’est essentielle que dans le corpus de croyances et valeurs du partenaire !! Elles varient donc, et ne sont pas les mêmes d’un individu à l’autre. La preuve de cette qualité, c’est que l’autre ne voudra pas se marier sans elle.

Donc, la jurisprudence a considéré que, ponctuellement, une QE pouvait-être : l’existence d’une relation extraconjugale que l’époux n’avait nullement l’intention de rompre ; la qualité de divorcé (qui fait obstacle à la tenue d’un mariage religieux chrétien) ; la qualité d’ancien condamné ; la qualité de prostituée ; la nationalité ; l’aptitude à avoir des relations sexuelles normales (le jugement ne définit pas la relation sexuelle normale, pour la plus grande tristesse des étudiants en droit) ; la stérilité ; la maladie mentale ou le placement sous curatelle.

Bon, ici « QE = Virginité ». Bon, peut importe, toutes les conditions sont réunies. La mariage est annulé pour tromperie et mensonge, pas pour absence de virginité. Et cela me semble normal.

Tout comme aurait été une annulation pour « QE = échangiste » – le mari échangiste a le droit de ne pas se retrouver avec un bigote si on lui a promis une échangiste.

Peu importe le fond finalement, il ne concerne que ce couple et leur libre arbitre. Il n’y a et ne doit y avoir aucun jugement de valeur.

Plus consumériste, si je commande sur Amazon un livre de Noam Chomsky et que je reçois les mémoires de Jean-Pierre Foucault, je demande l’annulation de la vente. Pour cela, je n’ai à justifier ni mon gout de l’un, ni mon dégout de l’autre, sur lequel je ne porte pas de jugement général. J’ai été trompé, cela suffit, je n’ai pas à me justifier.

Dernier point, pour provoquer un peu dans le délire ambiant.

OUI, je défend ici le droit du monsieur à vouloir une femme vierge. On n’est pas en dictature. Je regrette ce choix, je ne suis pas d’accord, bien entendu, mais c’est le sien.

Alors les beaux parleurs, ils feraient mieux de se bouger pour éduquer les femmes et les aider à fuir certains contextes familiaux afin qu’elles refusent ces demandes – ce qui, par simple darwinisme bloquant toute forme de reproduction devrait conduire à la rapide extinction de cette mentalité. Mais bon, c’est moins simple que d’envoyer un mail à Libé depuis son duplex du 6ème arrondissement…

En conclusion, l’annulation d’un mariage ne peut qu’être consensuelle, puisqu’elle nécessite 4 preuves :
1°) preuve que la qualité est essentielle pour A (quasi impossible à prouver)
2°) preuve que B n’a pas la qualité essentielle QE (pas toujours simple à prouver)
3°) preuve que B n’a pas dit la vérité à A (bon courage)
4°) preuve que, si B a menti, B savait que la qualité était essentielle pour A (re bon courage)

Disons, c’est implaidable si les époux ne font pas une demande conjointe, à moins qu’ils n’aient communiqué que par huissier avant le mariage…

Laissons-les couples tranquilles, dans ce cas (purée, ils ne demandaient rien à personne les deux, en plus !)…

« Le mariage c’est résoudre à deux les problèmes qu’on n’aurait pas eus tout seul. » [Sacha Guitry]

P.S. pour les fins juristes, vous trouverez ici la seconde analyse passionnante de Maître Eolas sur ce post-ci : L’arrêt de la cour d’appel de Douai du 17 novembre 2008, annulant l’annulation du mariage de Lille qui a eu lieu à Mons en Baroeul

?

Article très, disons symptomatique, tiré pourtant du bon site http://www.nouvelobs.com/

Le plafonnement des niches fiscales adopté à l’Assemblée nationale
NOUVELOBS.COM 18.11.2008 07:26

Cette mesure, l’une des principales du projet de budget 2009, limite le total des réductions d’impôt dont un contribuable riche peut bénéficier en cumulant des avantages fiscaux. La majorité UMP et Nouveau centre a voté pour, le PS s’est abstenu, demandant en vain un plafond plus bas.

Je vous renvoie à l’article, mais regardez bien, le dernier paragraphe – une paille :

Déficit qui bondit à 51,4 mds
Plus tôt dans la soirée, le ministre du Budget, Eric Woerth, a commencé lundi soir par égrener les mauvais chiffres des conséquences de la crise avant le vote sur le plafonnement des avantages fiscaux : hausse du déficit de l’Etat, du déficit budgétaire, du déficit de la Sécurité sociale.

Il a annoncé qu’en 2008, le déficit de l’Etat va bondir à 51,4 milliards d’euros, contre 38,4 mds en 2007 (44,1 mds d’après la Cour des Comptes). En cause, le ralentissement de l’activité et la baisse des recettes fiscales. « Compte tenu des dernières données dont je dispose, je serai amené à revoir les recettes fiscales de l’Etat à la baisse de 2 mds d’euros, notamment au titre de l’impôt sur les sociétés et de la TVA », a-t-il détaillé.

Eric Woerth a rappelé qu’en 2009 les déficits publics (Etat, mais aussi Sécu et collectivités locales) enfonceront les plafonds du pacte de stabilité, en passant à 3,1% du PIB. »L’important, c’est de maintenir l’effort sur la dépense », a insisté le ministre alors que le projet de budget 2009, qui doit être voté mercredi à l’Assemblée, prévoit quelque 30.000 emplois en moins dans la Fonction publique.dans la catégorie

DONC, cet article – qui fait la une du site ! – parle longuement du plafonnement des niches fiscales. Sujet FONDAMENTAL, qui doit bien toucher 0,001 % de la population (rappelons que le salaire médian [50 % des français au dessus et en dessous] est de 1 500 € par mois…), mais plus les journalistes, vu qu’ils ont une niche fiscale, est la grande avancée de justice sociale de la décennie.

Si ça se trouve, ça compense même parfois 2 % de l’avantage créé par le bouclier fiscal pour l’ISF, c’est pour dire.

Par contre, le fait que le déficit public (qui est normal hein, qui ne dépense pas tous les mois 18 % de plus que ce qu’il gagne comme l’Etat ?) augmente de, bah seulement 34 % (donc beaucoup moins que l’évolution des salaires [des présidents de la République] en France), c’est limite une brève. Merci pour la sensibilisation du public à la saine gestion de ses impôts…

Non mais, on vous le dit, on a une équipe de super gestionnaire au gouvernail de l’Etat, dormez tranquille braves gens…

budget CDG 16 : journalistes.. à la niche ?

La barbarie est toujours là, certes :

Toulon, Mariage forcé : une lycéenne violentée par sa famille

(Reuters) Une lycéenne de 18 ans d’origine algérienne a été victime de violences aggravées de la part de sa famille, la semaine dernière à Toulon, parce qu’elle refusait d’être mariée en Algérie à un homme de 30 ans et entretenait une relation avec un jeune homme non musulman, a-t-on appris le mardi 11 novembre. La jeune fille, qui a été enlevée et séquestrée quelques heures, a eu le visage et l’abdomen lacérés par un couteau. Le parquet de Toulon a ouvert une information judiciaire pour « enlèvement, séquestration, violences aggravées », confiée au juge d’instruction Jean-Pierre Buffoni.

Maintenue par ses deux sœurs.
L’affaire remonte au 4 novembre. Ce jour-là, la jeune fille qui, après une dispute avec son entourage familial, habite depuis une semaine avec son petit ami, comme elle élève de terminale dans un lycée toulonnais, est attirée dans la rue et enlevée en voiture par sa famille, selon une source policière.Forcée à rentrer au domicile familial situé dans un quartier excentré de Toulon, elle y subit des violences.Selon une autre source, proche du dossier, la jeune fille, maintenue par ses deux sœurs, âgées de 14 et 16 ans, a été corrigée par sa mère, âgée de 52 ans et de nationalité algérienne.

Cette dernière a, selon cette source, utilisé un couteau et marqué sa fille au visage, sur les deux joues. Avec la lame, elle a également tracé les lettres U, T et E sur le ventre de la jeune femme. Enfin, elle lui a glissé le couteau au niveau du sexe, lui faisant une légère entaille.

L’examen médical confirme ses dires
Dans la nuit du 4 au 5 novembre, la victime a finalement réussi à prendre la fuite et s’est présentée vers 01H00 au commissariat central de Toulon pour déposer plainte.Dans un premier temps, elle n’a évoqué que la séquestration et les marques sur son visage. Mais, le 6 novembre, accompagnée de son petit ami, elle est revenue pour une nouvelle déposition et a montré aux enquêteurs son ventre.

Selon la source proche du dossier, un examen gynécologique a confirmé ses dires, réfutant notamment l’hypothèse d’une automutilation. Une interruption totale de travail de cinq jours lui a été délivrée.

La mère et les sœurs en garde à vue
Le 7 novembre, sa mère et ses deux sœurs ont été interpellées et placées en garde-à-vue. Elles ont nié les faits mais, au terme d’un prolongement de la garde-à-vue, la mère a finalement reconnu avoir enlevé et séquestré sa fille.

Bon, pas beaucoup de commentaires, c’est sûr…

MAIS
1°) en quoi ce fait divers sordide est-il une information ? En quoi devrais-je être au courant ?
2°) pourquoi cela fait-il la une des JT ?????
3°) pourquoi le reportage parlait-il de VIOL par ses soeurs ?
4°) bonté divine, pourquoi ne parle-t-on que d’affaires de ce type touchant des MUSULMANS ? Je suis sûr qu’en cherchant bien, on doit facilement trouver un jeune homme de bonne famille ayant violé une copine à Neuilly au cours des 6 derniers mois, non ?
5°) Mais les journalistes réflechissent-ils (sic.) des fois au conséquences d’une telle couverture médiatique, aussi larmoyante, sur la population et son regard sur nos compatriotes musulmans ? (« Ah, les musulmans, quand c’est pas des terroristes, c’est des barabares ! « , « Tu vois Simone, on aurait du rester en 1962″ , etc)

Le pire, c’est que si on avait eu une vidéo, je suis sûr qu’ils l’auraient diffusé ces porcs (avec le « oulàlà, images terribles, éloignez les enfants » et bingo l’audimat)…

Les temps sont graves.
Oubliez la crise économique, la dette de l’État, le réchauffement climatique, les retraites et régimes de santé en future déroute financière, l’illettrisme rampant, les injustices et régressions sociales, la restriction du champs des liberéts individuelles, l’accaparement du capitalisme par une poignée de privilégiés, la démocratie française gravement malade de ses institutions. On s’en moque.

Non, il y a UN problème grave.

On a sifflé la Marseillaise au stade de France le 14 octobre 2008 avant France/Tunisie. Date noire – tout le monde se rappellera désormais de ce qu’il faisait ce jour là un peu comme le 11/09/01. J’ai présentement très mal à mon nationalisme, et peine à rédiger ce poste, les yeux presque plein de larmes. Surtout en ayant vu les dizaines de minutes consacrées au sujet dans les JT.

Le président de la République a jugé « scandaleux » que l’hymne national ait été copieusement sifflé mardi soir. Et oui, on est gouverné de très près ! Rappelons que pour jouer au Sarkozy®, simple rajeunissement de notre célèbre Chirakozy®, il suffit de pondre le plus vite possible un communiqué avec au choix le mot Scandaleux, Inacceptable, Insupportable ou Intolérable, et de le coordonner au mieux avec un verbe d’action (faire, agir, demander, voter, convoquer). Et surtout rien de plus, inutile d’agir vraiment, vous avez le prochain communiqué à rédiger !

Pour me consoler, on pourrait m’objecter qu’il s’agit d’actes de supporters de football dans les stades (mais si, rappelez-vous, les formes de vie non développées dont une bonne partie constitue le chaînon manque entre le poulpe et la canette de bière) :

hooligans CDG 03 : Siffler la Marseillaise ?On pourrait dire aussi qu’il est ridicule de lire sur le site du Figaro (oui, c’est vrai, je cherche aussi…) :

« Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête préliminaire mercredi, au lendemain des sifflets qui ont accueilli la Marseillaise au début du match amical France-Tunisie. La Brigade de répression de la délinquance contre la personne [NDR. cela ne s’invente pas, non… ?] est saisie pour «outrages à l’hymne national», un délit passible de 6 mois de prison et 7.500 euros d’amende lorsqu’il est commis en réunion.

Michèle Alliot-Marie, qui avait demandé que le procureur se saisisse de l’affaire, estime que l’enquête «pourra s’appuyer sur les images filmées au cours de la rencontre, grâce à des caméras professionnelles implantées dans le cadre du dispositif spécifique demandé par le ministre depuis le printemps 2008 pour les matches à risque». Les interpellations qui en résulteront déboucheront sur des interdictions administratives de stade», estime également la ministre. »

Bon, c’est vrai que le contribuable du 9-3 dont on a cramé la voiture deux fois et agressé sa femme, il est content de voir que l’Etat sait allouer correctement ses moyens – mais il s’en doutait déjà quand il voit le nombre de policiers en faction dans le VIIème arrondissement pour parader devant les ministères. Mais il y a mieux !

En cas de huées, «le match sera immédiatement arrêté et les membres du gouvernement quitteront l’enceinte sportive », a désormais prévenu la ministre des Sports Roselyne Bachelot. «Tous les matches amicaux avec le pays concerné seront par ailleurs suspendu pour un délai qui reste à fixer», a ajouté la ministre.

AAAHHHHH enfin le retour du politique.

Déjà très bonne nouvelle, on va enfin arrêter de nous gaver avec les images des hommes politiques dans les stades, vu que les gusses auront vite compris qu’il suffit désormais de siffler pour faire dégager les hommes politiques et arrêter le match – ouahou quel pouvoir !

Heu, juste, on se pose une question : c’est à partir de combien de sifflets ? 1, 10, 100, 1000, 10 000 (mais qui compte, ça ne dure pas longtemps ? Le retour des emplois jeunes ?) ? Ou en décibels peut être ? Et qui décide (l’arbitre, le ministre, le préfet ? Ils vont être obligés d’aller à tous les matchs alors ? Qui paye leur place du coup ? C’est vrai aussi pour les matchs de volley, de curling, de natation synchronisée, de danse sportive ?) ?

Bon, surtout ne nous demandons pas pourquoi jouer des hymnes avant les rencontres, et si ce ne serait pas bien plus simple d’arrêter – ce qui aurait aussi le mérite de dégager au moins 20 % des capacités cérébrales des joueurs qui n’auraient plus à apprendre les paroles la veille.

Pour illustrer ce grave problème, interrogeons Jean-Marie, un ancien para de l’Algérie, qui a été outré devant sa télé par les sifflets :

==============================================================

C’est dégueulasse cette racaille qui ne respecte plus rien. On aurait du rester plus longtemps en 62 pour les mater !

Moi j’aime bien quand il y a l’hymne national, je me lève devant la télé et défile au pas de l’oie, en chantant ces belles paroles d’amour universel »qu’un sang impur abreuuuuuve nos sillons ». Ça ma donnerait presque envie de resortir ma carabine ramenée d’Algérie, c’est pour dire. Et ils m’ont tout coupé ces salauds !!!!

Donc, non à la suppression de la diffusion de l’hymne ! La solution est plus simple : pourquoi ne pas les jouer en boucle, l’un après l’autre, pendant le match et la mi-temps ? Au moins, déjà, je pourrais défiler plus longtemps, et pi ça les matera cette racaille – plusieurs études démontrent que siffler pendant plus de 35 minutes conduit systématiquement à une perte de connaissance par asphyxie ! Ils seront faciles à reconnaître comme ça.

Le premier ministre François Fillon, peu avant les déclarations de la ministre, avait estimé sur RTL que « de manière générale, on devrait interrompre les matchs », en évoquant la « responsabilité des organisateurs ».

Et puis il a raison le Françoué, on sent que c’est un gars du terroir. C’est sûr que quiconque a déjà invité 80 000 personnes à un barbecue sait bien que c’est facile de trier et d’éviter les débordements. A moins qu’il voulait dire qu’il n’y a qu’à sélectionner à l’entrée en fonction de la couleur de peau :  » jusqu’à blanc, pas de souci, tu foutras pas le bordel, au delà, tu rentres pas. » Comme en boite ou dans l’entreprise en résumé.

Le secrétaire d’Etat aux Sports, Bernard Laporte, est allé plus loin, recommandant de ne plus jouer de matches avec les ex-colonies ou protectorats français du Maghreb au Stade de France, mais « chez eux, ou alors en province« . Il propose de délocaliser ces matches qui sentent un peu la poudre », citant notamment ceux pouvant opposer les Bleus à des équipes du Maghreb, ou encore au Portugal. « Arrêtons d’être hypocrites, ne faisons plus ce genre de matches, (…) on va pas donner sans arrêt le bâton pour se faire battre ». Des propos « inadmissibles » pour Julien Dray (PS), tandis que Benoist Apparu (UMP) a déploré « une connerie« .

laporte CDG 03 : Siffler la Marseillaise ?[Rappelons que Bernard Laporte est à gauche sur la photo, en costume noir ; à droite c’est un jambon. ]
[Astuce : dans le doute Bernard Laporte est généralement celui qui porte des lunettes.]

laporte CDG 03 : Siffler la Marseillaise ?

En mai 2002, Jacques Chirac avait ainsi quitté momentanément le Stade de France, la Marseillaise ayant été sifflée notamment par des Bastiais, avant la finale de la Coupe de France Lorient-Bastia.

Bah voilà, bien sûr qu’on va aussi délocaliser les Lorient-Bastia (purée, je savais qu’on aurais du sauter sur la corse en 62, on s’est fait entuber par le grand con…) en Autriche, je pourrai retrouver les copains !!

Je me languis le prochain match, pourvu qu’il ait des sifflets, voir les politiques partir, le match être arrêté et 80 000 énervés qui vont se battre, ça va être le retour des jeux romains ! A coté, le Heysel restera un aimable débat animé. On pourrait même y aller avec les copains et nos nerfs de boeuf ! On va déjà aller s’entraîner, y’a une compétition au flipper du bistrot en ce moment…

==============================================================

Maintenant, on pourrait dire que siffler la Marseillaise (même si ce n’est pas respectueux et assez stupide) est aussi un élément de la liberté d’expression, et je ne vois pas en quoi cela empiète sur ma propre liberté. Quand bien même cela me dérangerait (mais non en fait, je m’en fous), je le tolèrerais, car
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire. » [Voltaire]

« Si l’on ne croit pas à la liberté d’expression pour les gens qu’on méprise, on n’y croit pas du tout. » [Noam Chomsky]

Parce que si on ne tolère que les propos et actes avec lesquels on est d’accord, il n’y a plus une grande liberté d’expression, non ? Elle est totale, ou suivi d’un MAIS ou SAUF, et alors elle n’existe plus (tant qu’on appelle pas à commettre des faits délictueux, bien entendu). Comme le souligne Chomsky, Hitler et Staline ont toujours défendu la plus grande liberté d’expression – tant que les propos allaient dans leur sens, bien entendu…

Rôôôôô j’ai découvert cette loi du coup (Loi sur la Sécurité Intérieure, ça ne s’invente pas, sic !) :

Article 433-5-1 du code Pénal
Créé par Loi n°2003-239 du 18 mars 2003 – art. 113 JORF 19 mars 2003

Le fait, au cours d’une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d’outrager publiquement l’hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7 500 euros d’amende.

Lorsqu’il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende.

Donc en France, désormais siffler la Marseillaise avec un copain (donc « en réunion » ; ça ne veut pas dire juste au travail quand on s’ennuie lors de la réunion hebdomadaire), c’est 6 mois de prison. C’est intéressant, je comprends pourquoi l’insécurité régresse aussi vite… Si quelqu’un se sent vraiment plus en sécurité intérieure grâce à cet article de loi, ou pense qu’il est indispensable dans une société démocratique moderne, merci de m’écrire ou de créer un groupe sous FaceBook.

Et puis, c’est bien pensé parce que vous notez qu’on a toujours le droit de piétiner le drapeau tunisien et de siffler son hymne ! Notez aussi que c’est mal rédigé : si on brûle un drapeau tricolore Carrefour, on peut aussi aller en prison Monsieur l’Obersturmführer ?

carrefour CDG 03 : Siffler la Marseillaise ?

Mais bon, je comprends le besoin de sécurité intérieure : on commence par siffler la Marseillaise, puis c’est l’engrenage fatal : on n’achète pas l’album de Carla Bruni, on achète par contre la poupée vaudou de Sarko (encore un procès, son avocat va être tellement riche qu’il ne va bientôt plus payer d’ISF…) voire pire, on vote François Bayrou (MoDem), qui a reproché au gouvernement d' »en faire des tonnes« , pour faire oublier la crise actuelle.

Ah oui, j’ai aussi envie de sortir ma tronçonneuse quand j’entends « La France, tu l’aimes ou tu la quittes » – parce que je ne suis pas un beur né dans une cité, sans emploi et contrôlé 26 fois par jour par les flics dans le métro. Parce que mes parents n’ont pas quitté leur pays colonisé pour venir vider des poubelles, survivre avec une retraite de misère, quand les dealers font la loi dans la cité. Et je rentre en boite de nuit quand je veux. Donc, j’évite de trop juger et de donner des leçons…

Bon, alors, les politiques, vous arrêtez vos âneries (genre lois mémorielles) ou je quitte votre pays liberticide et retourne immédiatement en France (sic.) pour y organiser un happening « Sifflons tous la Marseillaise pour nous prouver que nous sommes encore libres » !!!!!!!!

Laissons la conclusion à un journal maghrébin puis à un fouteux, pour une fois.

Pour le journal algérien L’Expression : « En 2001 comme en 2008, ce sont encore ces jeunes «beurs» toujours pas intégrés ou mal intégrés, victimes de tous les dépassements de la part de la police, confrontés au racisme et à l’exclusion, qui profitent de ces occasions pour dire, à leur manière, leur ras-le-bol de leur disqualification de la part des Français.» Et d’asséner : «On a trop fait sentir justement à ces Français, pas tout à fait Français, qu’ils ne sont pas «Français» vraiment et ne sont que tolérés. C’est en fait cela le drame de l’émigration maghrébine en France qui est aussi et en même temps l’échec d’une politique d’intégration qui n’a pas su faire la part des choses.»

Pour Fahid Ben Khalfallah, milieu de terrain franco-tunisien, les sifflets à l’encontre de la Marseillaise mardi lors de France-Tunisie, aussi condamnables soit-il, n’avaient nullement besoin de trouver un écho si retentissant. Le joueur du SM Caen regrettait surtout que la sphère politique se soit emparée de l’affaire : « Il ne faut pas tout mélanger, le sport, la politique. Et c’est ce qui est en train de se passer, soulignait-il. Actuellement, les politiques ont peut-être des dossiers plus importants avec la crise financière, le pouvoir d’achat… J’ai l’impression que ça les arrange aussi car ça leur évite de parler d’autres choses en ce moment. J’ai été le premier à dénoncer ces agissements mais il faut savoir faire la part des choses ».

« Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie. » [Georges Elgozy]

« Si l’on retranchait du patriotisme de la plupart des hommes la haine et le mépris des autres nations, il resterait peu de choses. » [Duc de Lévis]

« Une démocratie ne vaut et ne dure que si elle sait refondre constamment dans la communauté nationale l’individualisme qu’elle fait naître. » [Jacques de Lacretelle]

« Tous les drapeaux ont été tellement souillés de sang et de merde qu’il est temps de n’en plus avoir, du tout. » [Gustave Flaubert]

« Si on veut faire un geste symbolique, il ne faut pas brûler le drapeau, mais le laver. »[Norman Thomas]

« Le nationalisme, c’est un patriotisme qui a perdu sa noblesse. » [Albert Schweitzer]

« Il faut se méfier du patriotisme car les instincts meurtriers dorment au coeur de chaque nation. » [Charlie Chaplin]

« Au fond de tout patriotisme, il y a la guerre : voilà pourquoi je ne suis point patriote. »[Jules Renard]

« Le nationalisme est une maladie infantile. C’est la rougeole de l’humanité. » [Albert Einstein]

siflet+marsailleise CDG 03 : Siffler la Marseillaise ?Auteur : Dilem / Source : Tv5.org

siffler CDG 03 : Siffler la Marseillaise ?

Court coup de gueule : on a vu précédemment que bon nombre de journalistes poussaient des cris d’orfraie quant à l’obsession Américaine de déballer la vie privée des hommes publics.

Dont acte.

Mais alors ma question : pourquoi déballent-ils autant la vie privée des femmes privées ?

Pourquoi citent-ils tous le nom de la collaboratrice mariée avec qui DSK est sortie, ou de la stagiaire embauchée au FMI ?

Voire même pourquoi certains sites se battent-ils pour dénicher leurs photos et les exhiber dans une surenchère écœurante ?

Après avoir été victime de harcèlement lourd, avoir cédé, vous voilà vouée aux gémonies, votre réputation et votre honneur détruits par des journalistes défendant gentiment le « harceleur égrillard » ?

Merci les journalistes ! (tiens, on ne va finalement pas trop parler de mon blog, du coup…)

P.S. je n’ose même pas parler des violeurs libérés par erreur – totalement inutile de flouter leur visages (surtout en disant en commentaire « il espère pouvoir se réinsérer » oh, quel humour quand même le journaleux – autant le faire lapider tout de suite…)

Edit 26/10/2008 : JT de 20h00 de France 2 DSK est sauvé, mais bon, pas grave, le journaleux se sent obligé de CITER le nom de la femme adultère, et de MONTRER SA PHOTO. Ben, oui, oh, le public a le droit de savoir, hein. On ne comprend rien à l’affaire si on n’a pas ça, hein. Bon, on s’en fout de la publicité qu’on luit fait. On s’endormira fier du travail accompli…