Par Corinne Lepage, Cap 21, 4 novembre 2008

Le proverbe dit : le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. La crise nous conduit à une situation contraire où l’imbécile regarde la lune pendant que le sage montre le doigt. En effet, tout se passe comme si la crise économique était le moment rêvé pour procéder aux mauvais coups contre les libertés publiques pendant que les braves citoyens sont tout occupés à se préoccuper des cours de bourse sur lesquels ils ne peuvent rien.
De nombreux exemples fondent cette crainte à commencer par l’extension du champ d’application du secret défense alors que depuis des années le débat public portait sur sa restriction et son encadrement plus strict. Le scandale d’Etat que constitue l’affaire des frégates dans laquelle l’usage du secret défense a permis l’obstruction de la justice et un non lieu qui garantit ainsi l’immunité aux heureux bénéficiaires des rétro-commissions aura pour seule conséquence de faire voter un renforcement du secret ! En effet, la loi de programmation militaire interdit désormais les perquisitions permettant au juge d’instruction d’accéder aux documents classifiés, le président de la commission consultative du secret de la défense nationale posant les scellées sur tout document pour examen… avant d’envisager une hypothétique levée du secret défense. Ainsi, il suffira d’opposer le secret défense à toute affaire pouvant gêner le pouvoir ou un de ces amis pour s’affranchir de la justice. La France s’éloigne ainsi encore davantage du modèle des Etats luttant contre la corruption et pour la transparence à l’instar de l’Italie de Berlusconi.